Lorsqu’on est face aux œuvres de l’artiste lausannois Simon Deppierraz, on a la sensation qu’il aime se jouer des lois de la gravité. Que ce soit avec une fausse pierre menaçant de tomber (Jenga, Les Brenets 2016) ou avec des élastiques dangereusement tendus et prisonniers d’un bloc de granit (Slingshot, Bâle, 2015), il offre aux spectateurs de délicats instants se jouant de l’équilibre et jouissant d’une fascinante tension.

En parallèle, se dégage aussi de son travail une certaine harmonie avec la nature qui se traduit, entre autres, par une déconstruction du paysage. Cette harmonie est aussi présente dans les matériaux simples qu’il utilise comme le bois, le béton ou le métal.

Ses œuvres sculpturales, pour la plupart imaginées pour un lieu, révèlent l’importance du dialogue qui existe entre l’œuvre et le lieu mais aussi entre l’œuvre et le spectateur.

Ce qui rassemble incontestablement les œuvres de Simon Deppierraz est cette fabuleuse puissance énergétique. C’est justement une rencontre avec ce processus créatif que l’artiste a proposé  lors de la visite de son Atelier83 de Lausanne aux abonnés du Panier culturel au printemps 2017.

simondeppierraz.ch

Découvrez ci-dessous les photos de la visite insolite de son atelier proposée pour le panier du printemps 2017:

 

 

Simon Deppierraz
Taggé sur :